Violation des droits de l'Homme au Tibet

photo21Massacres, tortures et assassinats, bombardements des monastères, extermination des camps de nomades, morts en prison, camps de concentrations et de travail (70% des prisonniers y meurent) furent le quotidien au Tibet. A présent la destruction des monastères s'est calmée, mais les presssions et arrestations des moines perdurent. Et d'une façon générale, arrestations arbitraires ainsi que les tortures sont toujours quotidiennes.
Les femmes furent les plus maltraitées car il faut ajouter à ce qui précède les viols et les stérilisations forcées qui leur enlèvait le seul droit qui le reste : celui de la procréation. Il semblerait que ce soit un peu moins d'actualité pour faire place aux arrestations et emprisonnements en plus grand nombre....par exemple pour avoir accompagner leurs enfants en Inde afin qu'ils étudient la culture tibétaines,...
Les réunions et les manifestations sont toujours interdites, tout comme posséder une photo du Dalaï Lama ou un drapeau tibétain. Tout ceci est puni d'emprisonnement dit " politique " et de " rééducation ".

Discrimination :

Pour le droit à la santé : priorités aux citadins (10% des financements vont aux hôpitaux ruraux), et aux gros salaires (il faut 300 à 500 yuans pour être admis à l'hôpital), quand on sait que la population tibétaine est essentiellement rurale, et que ce sont les tibétains qui ont les plus petits revenus (environ 200 yuans par mois)....
Pour le droit à l'éducation : Les jeunes tibétains ne sont pas dans les mêmes classes que les enfants chinois. Les meilleurs enseignants sont réservés aux classes d'élèves chinois. La langue tibétaine qui était limitée aux petites classes du primaire, est interdite depuis 2010 dans les écoles. Maintenant tous les cours, de la maternelle au supérieur, sont enseignés en langue chinoise. De plus, le niveau scolaire est très faible en milieu rural : officiellement 2450 écoles de 1er cycle, en réalité 13 (451 créées par l'état chinois, 2000 par les habitants, donc mal équipées et de très faible niveau puisque sans ressources ni équipements).

8 symb ausp
  • parasol-bouddhisme

    La précieuse ombrelle

    Chatra ou rinchen dug est signe de dignité royale et protège de tous les maux.

  • symboles-bouddhistes-poissons

    Les deux poissons d'or

    Matsya ou sergyna, insigne du maître indien de l'univers expriment ici la libération spirituelle : il figurent les êtres sauvés de l'océan des souffrances de l'existence terrestre.

  • symbole-bouddhiste-vase

    Le vase ou coupe aux trésors

    Kalasha ou bumpa, contient les joyaux spirituels et peut faire office de récipient lustral, considérée comme le nectar de l'immortalité.

  • symbole-bouddhisme-lotus 2

    La fleur de lotus

    Padma ou péma, symbolise la pureté originelle ; elle est d'ailleurs, sous diverses couleurs et formes un attribut privilégié des bouddhas et bodhisattvas.

  • symbole-bouddhiste-coquillage 2

    La conque blanche

    Sankha ou dundkar, d'autant plus prisée si sa spirale s'enroule à droite, figure la parole qui proclame la gloire des Eveillés et porte parfois le nom de trompette de victoire.

  • symbole-bouddhisme-noeud-eternel 2

    Le noeud sans fin

    Srivasta ou palbe, est témoignage d'amour et d'éternité représentant la vie infinie.

  • symbole-bouddhisme-banniere-victoire

    La grande bannière

    Dhvaja ou gyaltsen, est en fait un drapeau enroulé qui atteste la puissance de l'enseignement bouddhiste ou la Victoire de la Bonne Loi.

  • symbole-bouddhisme-roue-dharma 2

    La roue d'or

    Chakra ou khorlo, est naturellement celle de l'enseignement (dharla) à pratiquer assidûment pour accéder à l'éveil. Elle représente l'unité de toutes choses et demeure le symbole par excellence de la doctrine.